Faux-sucres ou édulcorants

Bonjour,

Pendant ma formation de Naturopathie j’ai appris des choses très intéressantes et qui ont un impact direct sur notre vie de tous les jours. Comme c’est le cas pour les faux-sucres ou édulcorants !

Tout d’abord un petit rappel, quand vous prenez du sucre, votre organisme met en marche sa machine (pancréas) qui crée les hormones (insuline) prêtes à transformer et stocker le sucre dans les muscles ou en graisse s’il y en a trop, (aparté : d’où quand abus de sucre => stockage de graisses et prise de poids).

A chaque fois que vous ingérez (mangez ou buvez) du faux-sucre, votre pancréas va travailler de la même manière pour générer l’insuline qui traite les molécules de sucre, mais l’insuline n’aura rien à traiter. Le faux-sucre ne se gère pas comme du sucre dans l’organisme.
A force de solliciter votre pancréas sans raison (pas de sucre à traiter), il va se dégénérer petit à petit.

Les risques de diabète augmentent de 2.3% avec la prise de boissons light ! Ça parait peut-être peu, mais réfléchissez, il y a une différence entre 11% (1 sur 10) et 25% (1 sur 4), de même qu’entre 33% (1/3) et 75% (3/4), personnellement, je préfère ne pas augmenter le risque et j’évite donc au maximum les faux-sucres.

Malheureusement de nos jours, les édulcorants se trouvent partout, dans les sodas light (0%, life,…), dans les jus de fruits allégés, dans les chewing-gums (une seule marque et un seul goût peut se trouver avec sucre), dans les sucrettes, dans les yaourts, dans des desserts, dans certains médicaments, dans des suppléments de vitamines qu’on donne aux enfants,…

Il y a plusieurs édulcorants et ils n’ont pas tous les mêmes propriétés, plus précisément, parlons de l’Aspartam, un des plus fréquent, qui est également codée sous le terme E951. L’aspartame est une molécule très sensible à la chaleur, lorsqu’elle a trop chaud (stockage avant achat à l’extérieur au soleil {vous n’en saurez rien} ou près d’une source de chaleur ou utilisée pour faire des gâteaux, pour sucrer le café, le thé,…), elle explose et devient toxique pour l’organisme augmentant ainsi les risques de plusieurs cancers et ceux d’accouchement prématuré. 

Quelques extraits de documents scientifiques :

L’aspartam peut également se décomposer pendant son stockage, à température ambiante il est le plus stable à pH 4,3, avec une demi-vie de 300 jours. On constate une décomposition plus rapide aux pH s’éloignant de 4,3. À pH 7, par exemple, sa demi-vie n’est que de quelques jours.

L’instabilité de l’aspartame augmente avec la température : en phase solide, la recombinaison en dicétopipérazine peut avoir lieu à partir de 105°C. C’est la raison pour laquelle il est déconseillé de « cuisiner » l’aspartame.

En revanche, en milieu hydraté, l’édulcorant se dégrade à partir d’environ 40°C, le rendant inutilisable dans les aliments chauffés. 

Les boissons light augmente les risques de diabète et d’obésité, d’après des études de l’INSERM Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale : http://www.inserm.fr/espace-journalistes/les-boissons-light-associees-a-une-augmentation-du-risque-de-diabete-de-type-2

Par contre, l’agence Européenne de Sécurité des Aliments EFSA affirme l’innocuité de l’aspartame, mais uniquement si le produit est bien stocké (même avant l’achat) et utilisé froid, à une dose journalière maximum à ne pas dépasser : 40mg par kg de poids corporel.
Par exemple, vous pesez 60kg, vous ne devez en aucun cas dépasser 2400mg donc 2.4g d’aspartam par jour (vérifiez bien tous les produits).

Quant à la Stévia, il s’agit d’une plante naturelle, oui, mais qui est extraite chimiquement et cela se retrouve dans les produits à base de stévia, de plus vous devez bien lire la composition du sucre stévia que vous achetez, il y 9 chances sur 10 qu’il contienne de l’édulcorant ou du sucre. Il faut vraiment chercher pour en trouver « pure » stévia.

ATTENTION : On ne supprime pas le sucre de son alimentation, notre organisme a besoin de sucre pour fonctionner correctement, surtout notre cerveau et nos muscles. Le sucre est donc indispensable, par contre, vous devez choisir quel sucre (fruit, fruit sec, miel, sucre intégral) et en quelle quantité vous pouvez le consommer. N’hésitez pas à vous faire aider (naturopathe, diététicien, nutritionniste…) pour évaluer la quantité qui vous convient.

Mangez des fruits, des fruits secs et diminuez votre quantité de féculents et sucres dit rapides.

Préférez du miel ou du sucre intégral, qui contient la vitamine B qui aide à l’assimilation du sucre, par rapport aux sucres raffinés et et pas de faux-sucres, ni édulcorants.

On ne met pas la même quantité de sucre lorsque celui-ci est complet, voire même mélassé, on en met beaucoup moins, leur pouvoir sucrant étant supérieur.

Ci-dessous un sucre de canne mélassé (à gauche) et un sucre de canne brun très peu raffiné (à droite).

sucre_melassé_bruncomplet

Prenez soin de vous !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s